Aperçu de DEAD CELLS

Dead Cells est un jeu d’action/aventure/plateforme/rogue-lite/rpg développé par Motion Twin. Le jeu est disponible sur PC depuis mai 2017 pour une quinzaine d’euros.


Nous avons là un type de jeu que j’apprécie particulièrement en ce moment. Et celui là est un petit chef d’oeuvre dans le genre, c’est pourquoi j’écris mon premier article en son honneur. Il s’agît d’un jeu en 2D pixel art avec de la génération procédurale. Les développeurs annoncent clairement qu’il se sont inspirés de Castlevania et j’imagine que Metroid a aussi été une grande source d’inspiration.

On peut lancer ce jeu même si on a seulement 15 minutes à disposition, vous pouvez quitter à tout moment et une sauvegarde automatique se fera, et vous reprendrez exactement là où vous en étiez. Mais prenez garde, le temps passe extrêmement vite lorsque vous vous lancez à l’aventure. Une des première qualité de Dead Cells, et pas des moindre, c’est qu’il est très addictif. Personnellement, lorsque je pose mes mains sur ma manette, c’est parti pour au minimum une heure, les monstres trépassent, les items s’accumulent, la difficulté s’accentue et les minutes défilent sans qu’on s’en aperçoive.


L’écran de départ de sélection nous annonce que nous allons évoluer dans un château bâti sur une petite île. Un groupe de « cellule » est largué dans le quartier des prisonniers et rampent jusqu’à un cadavre pour donner vie à celui-ci. La musique nous envoûte tout de suite, on sent d’emblée que celle-ci sera de grande qualité. Hop, c’est parti, pas besoin de tutoriel, tout est très intuitif, A pour sauter, X pour taper. Une minimap telle qu’on les connait pour ce type de jeu est affiché en bas à droite. En bas à gauche, quelques informations sur notre personnage. Les gold, une seconde ressource, mon arme principale, mon arme secondaire, mes deux compétences (au nombre de zéro pour débuter), et ma barre de point de vie.

L’arrière plan est magnifique, c’est rempli de détails, les couleurs sont variées, on a des effets de fumée, la lumière et les ombres sont parfaitement gérées. On sent que ce château est humide et poisseux, les siècles ont usés les murs, de la verdure et de la mousse reprennent vie sur le sol. On s’immerge complètement dans le monde offert par Motion Twin. Je croise le premier pnj, apparemment j’ai pris possession d’un corps de prisonnier décapité. Il m’explique que je suis déjà mort et que je ne peux donc plus mourir, et que très étrangement je ne suis pas le premier à qui cela arrive. Le côté narratif du jeu est très secondaire, cela ne me dérange pas, c’est mystérieux et nous avons un jeu d’action, cela me suffit donc.

A CONTINUER

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s